CALL FOR PAPERS / APPEL A PROPOSITIONS: Études Ricœuriennes / Ricœur Studies (ERRS) ERRS Volume 13, N°1 (2022):

 

 

 

 

 

 

CALL FOR PAPERS / APPEL A PROPOSITIONS :

Études Ricœuriennes / Ricœur Studies (ERRS)

 

 

ERRS Volume 13, N°1 (2022) : 

« RICŒUR ON CONFLICT »

 

 

The concept of conflict has a long philosophical history from Heraclitus to Hegel and Marx and to contemporary social and political philosophy. In this history, Paul Ricœur’s philosophy is seldom cited, and in fact it is rarely identified as a philosophy of conflict[1]. However, conflict was always decisive in the context of his work. This applies both to conflict’s epistemological dimension, as the expression of the hermeneutic method of Ricœurian philosophy (i.e., the “conflict of interpretations”) and to its practical dimension, as a challenge that the complexity of human action addresses to philosophical reflection. In these two domains, theoretical and practical, it thus a matter of thinking conflicts and thinking through conflicts, even if sometimes Ricœur’s explicit goal is to “arbitrate the conflict between rival interpretations” (see “Existence and Hermeneutics”) or to find “mediations that are always fragile and provisional” in the domain of human action (Love and Justice). 

One of the originalities of Ricœur’s work among the philosophies centering on conflict is without doubt the notion of the conflict of interpretations, the title of his 1969 collection of essays. The problem that gives rise to this method was stated already in Freud and Philosophy: “there is no general hermeneutics, no universal canon for exegesis, but only disparate and opposed theories concerning the rules of interpretation. The hermeneutic field (…) is internally at variance with itself”. In “Existence and Hermeneutics” (the opening chapter of The conflict of Interpretations) the principles guiding Ricœur’s “long route” of hermeneutics are made explicit, with self-understanding coming to be defined as a task necessarily mediated by the conflictual deciphering of signs and symbols.

It can be argued that both in this first hermeneutical phase of Ricœur’s philosophy, centered in a micro-hermeneutics of the double-meaning of symbols, and in the macro-hermeneutics of the 1970s and 1980s, revolving around the hermeneutics of texts and action, what is at stake is a creative, dynamic process whereby new light is shed on the phenomena analyzed, therefore producing new and better interpretations. This can be seen  as a “weak” type of dialectic, without totalizing pretentions (e.g. a “broken Hegelianism” as Johann Michel has put it), for instance in the dialectic between explaining and understanding (“to explain more is to understand better”) but one whose result is an enlarged perspective distinguishing between better or worse interpretations.

What remains to be discussed is the often unacknowledged relevance and timeliness of Ricœur’s model of a conflict today. Indeed, it can be argued that this model offers an alternative both to naïve (often reductionist and naturalist) realism and to relativism and it is well suited to capture the forms of rationality that are specific to the social and human sciences. Enriched with his investigations on semantic innovation (through metaphor and narrative) and his philosophy of imagination both in its individual and social dimensions, it helps us unveil the symbolic texture of reality and to contextualize first-person perspectives within it.

Agains this backdrop, this issue aims to rethink conflict both by further analyzing its significance within Ricœur’s work, and by showing how it can illuminate contemporary phenomena.

 

Some potential topics for reflection include:

 

1)    The significance of the Conflict of Interpretations within Ricœur’s hermeneutic turn, and the contributions of Ricœur’s phenomenological hermeneutics in the debates with structuralism, psychoanalysis and the philosophy of religion, as well as its implications for a hermeneutics of selfhood. Here, contributions might for instance address the importance of this collection of essays from the standpoint of a dyachronic understanding of Ricœur’s work, or they can re-read the claims of this book in light of later developments within these fields. From this standpoint, an investigation on the link of the “broken cogito”, already stated in the Philosophy of the Will and the ricœurian description of the hermeneutical field as being internally at variance with itself would be welcome. Another topic worthy of investigation is the meaning of the ricœurian distinction between hermeneutics of suspicion and hermeneutics as recollection of meaning.

2)    The usefulness of the conflict of interpretations, in a broad sense, as an epistemological tool to make sense of later philosophical movements and controversies, including the possible relation between Hermeneutics and Poststructuralism, Postphenomenology, later generations of Critical Theory, or neo-Hegelianism, among other possibilities;

3)    Conflicts in the domain of human action, and particularly in social and political terms. Here, contributions might address the specificity of Ricœur’s vision of conflict (alongside its mediating and arbitrating procedures) and its relation (if any) with other agonistic accounts of social and political phenomena, such as, to name only a few, Chantal Mouffe’s agonistics, Honneth’s and other depictions of the struggle for recognition, or other philosophical conceptions of conflict, from Post-Marxist accounts to Lyotard’s differend or Rancière’s mésentente. They might also address, through the mediation of Ricœur’s narrative theory or philosophy of imagination, examples of narrative conflicts, or ideological conflicts in today’s fractured public sphere. In this context, important questions arise, such as: can Ricœur’s hermeneutics provide criteria to arbitrate between conflicting political narratives? Is a rigorous hermeneutics able to avoid the pitfalls both of reified narratives that admit of no alternative, and to tackle the “manipulated” narratives that abound in this “post-truth” era?

4)    Beyond conflict. While it is true that in Ricœur’s philosophy we find an agonistic depiction of the interpretive process and that in his works a wide array of conflicts, including in the practical domain – from the early conflict between the voluntary and the involuntary in Philosophy of the Will to “the tragic of action” and the conflict of duties in Oneself as Another as well as the struggle for recognition in Course of Recognition – are analyzed, we can also not forget that Ricœur always aims to somehow respond to these conflicts; this means to “think them more” or “to think them better” by advancing practical mediations. Examples of these attempts, in the practical domain, include the conceptualization of practical wisdom (Oneself as Another) and the “clearings of recognition” (Course of Recognition). Recently, others have taken inspiration in Ricœur to devise practical interventions aiming at going beyond conflict, such as Richard Kearney’s attempt of overcoming hostility and fostering hospitality through narrative exchange in the context of the Guestbook Project. Contributions dealing with Ricœur’s ways of going beyond (theoretical and practical) conflicts are especially relevant for this issue.

 

 

This is a non-exhaustive list. Paper proposals can cover other topics, as long as they are relevant for the topic of conflict of interpretations and Ricœur studies. 

 

 

Closing date for the submission of texts: 15th of march 2022

 

Maximum number of characters (including spaces and notes): 50,000. Articles can be written either in English or in French.

Format and style: The journal follows the Chicago Manual of Style. See the rubric ‘Author Guidelines’ on the journal’s website: 

http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/about/submissions#onlineSubmissions

The editors cannot consider articles that do not follow these guidelines.

Instructions to authors: In order to submit an article, authors need to register on the journal website: http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/user/register. There is a quick, five-step procedure to upload articles to the website. As soon as articles are uploaded, authors will receive a confirmation email. All articles will be peer-reviewed by two referees in a ‘double blind’ process.

 

Guest editor: Gonçalo Marcelo (CECH, University of Coimbra)

 

Jean-Luc Amalric and Ernst Wolff, co-editorial directors Études Ricœuriennes/Ricœur Studies Journal  http://Ricoeur.pitt.edu  

 

 

 

APPEL A PROPOSITIONS / CALL FOR PAPERS :

Études Ricœuriennes / Ricœur Studies (ERRS)

 

 

ERRS Volume 13, N°1 (2022) : 

«  RICŒUR ET LA QUESTION DU CONFLIT »

 

 

Le concept de conflit a une longue histoire philosophique, de Héraclite à Hegel et Marx, jusqu’à la philosophie sociale et politique contemporaine. Dans cette histoire, la philosophie de Paul Ricœur n’est guère citée, et en effet elle est rarement reconnue comme une philosophie du conflit.[2] Pourtant, le conflit fut toujours déterminant dans le contexte de son œuvre, que ce dernier soit conçu, dans sa dimension epistémologique, comme l’expression de la méthode herméneutique de la philosophie ricœurienne (c’est-à-dire comme « conflit des interprétations ») ou qu’il soit pensé, dans sa dimension pratique, comme un défi que la complexité de l’action humaine adresse à la réflexion philosophique. Dans les deux domaines, théorique et pratique, il s’agit donc à la fois de penser les conflits et de penser au travers des conflits, même si le but avoué de Ricœur est parfois d’« arbitrer le conflit des interprétations rivales » (voir « Existence et Herméneutique ») ou de trouver des « médiations toujours fragiles et provisoires » dans le domaine de l’agir humain (Amour et justice).

L’une des originalités de l’œuvre de Ricœur par rapport aux autres philosophies qui ont centré leur réflexion sur le conflit est sans doute la notion de conflit des interprétations, formule qui donne son titre au recueil d’essais qu’il fait paraître en 1969. Le problème qui donne naissance à cette méthode est déjà formulé dans De l’interprétation : « Il n’y a pas d’herméneutique générale, pas de canon universel pour l’exégèse, mais des théories séparées et opposées concernant les règles de l’interprétation. Le champ herméneutique (…) est en lui-même brisé ».  Et dans « Existence et herméneutique » (chapitre d’ouverture du Conflit des interprétations), le philosophe   explicite les principes de la « voie longue » de son herméneutique : la compréhension de soi doit se concevoir comme une tâche qui est nécessairement médiatisée par le déchiffrement conflictuel des signes et des symboles.

Que ce soit dans la première phase de la philosophie herméneutique de Ricœur,  –  axée sur une micro-herméneutique du double sens des symboles –, ou dans la macro-herméneutique des années 1970 et 1980 qui se déploie sous la forme d’une herméneutique des textes et de l’action, la démarche correspond à une dynamique créative à travers laquelle une nouvelle lumière est jetée sur les phénomènes en produisant de nouvelles et de meilleures interprétations. On peut certes y voir une dialectique « faible » sans prétentions totalisantes (un « hégélianisme brisé » pour reprendre ici une expression de Johann Michel) – comme c’est le cas par exemple de la dialectique entre l’expliquer et le comprendre (« expliquer plus c’est comprendre mieux ») –  mais il s’agit avant tout d’une dialectique qui débouche sur une perspective élargie, faisant le partage  entre des interprétations plus ou moins réussies.

Ce qui reste aujourd’hui à discuter c’est l’actualité et l’importance, souvent méconnues, de ce modèle ricœurien du conflit. Un tel modèle pourrait en effet être considéré comme une alternative au réalisme naïf (souvent réductionniste et naturaliste) et au relativisme, en mesure de saisir les formes de rationalité propres aux sciences humaines et sociales. Enrichi par les recherches de Ricœur sur l’innovation sémantique (dans la métaphore et le récit) et sur l’imagination dans ses dimensions tant individuelle que sociale, ce modèle nous aiderait à dévoiler la texture symbolique de la réalité et à y contextualiser les perspectives en première personne.

L’objectif de ce numéro thématique est donc de repenser le conflit en analysant plus en profondeur sa signification dans l’œuvre de Ricœur, et en montrant comment il peut éclairer de nouveaux phénomènes aujourd’hui.

 

Axes de réflexion possibles :

 

1)    Le rôle du Conflit des interprétations dans le tournant herméneutique de Ricœur et les contributions de sa phénoménologie herméneutique dans les débats avec le structuralisme, la psychanalyse et la philosophie de la religion, ainsi que leurs implications pour l’herméneutique du soi. Les propositions d’article peuvent, par exemple, analyser l’importance de ce recueil du point de vue d’une interprétation diachronique de l’œuvre de Ricœur, ou relire les thèses de ce livre à la lumière des développements ultérieurs de ces champs de recherche. Dans cette perspective, une interrogation sur le lien entre le thème du « cogito brisé », formulé dès la Philosophie de la volonté, et la caractérisation ricœurienne du champ herméneutique comme constitutivement brisé serait la bienvenue. Mais c’est aussi le sens de la distinction ricœurienne entre herméneutiques du soupçon et herméneutiques de la recollection du sens qui mériterait d’être questionné.  

2)    L’utilité du conflit des interprétations, au sens large, en tant qu’outil epistémologique susceptible de donner sens à d’autres mouvements de pensée et à d’autres controverses philosophiques plus tardives. Des pistes sont ouvertes ici pour penser les relations possibles entre l’herméneutique et le poststructuralisme, la postphénoménologie, les reformulations plus récentes de la théorie critique ou encore le néo-hégélianisme. 

3)  Les conflits dans l’action humaine et notamment dans les domaines social et politique. Les propositions d’article peuvent concerner la spécificité de la notion de conflit chez Ricœur (ainsi que les démarches d’arbitrage et de médiation mises en œuvre par le philosophe) et ses rapports (s’il y en a) avec d’autres visions agonistiques des phénomènes politico-sociaux : qu’il s’agisse par exemple de l’agonistique de Chantal Mouffe, des descriptions de la lutte pour la reconnaissance (Honneth, etc.) ou encore  d’autres conceptions du conflit – des analyses post-marxistes à la mésentente chez Rancière, en passant par le différend chez Lyotard. Les articles peuvent aussi analyser, à l’aide de la médiation de la théorie narrative et de la philosophie de l’imagination de Ricœur, des exemples de conflit narratif ou idéologique dans la sphère publique brisée qui caractérise notre époque. Des questions importantes surgissent dans ce contexte : l’herméneutique ricœurienne peut-elle avancer des critères pour arbitrer entre des récits politiques en conflit ? Une herméneutique rigoureuse peut-elle éviter les embarras des récits pétrifiés qui se veulent sans alternative et lutter contre les récits « manipulés » qui se multiplient à l’époque de la « post-vérité » ?  

4)  Au-delà du conflit. Il est vrai que la philosophie de Ricœur est marquée par une description agonistique du processus interprétatif et que ses œuvres nous livrent des analyses de plusieurs conflits pratiques – du conflit entre le volontaire et l’involontaire dans la Philosophie de la volonté à la lutte pour la reconnaissance dans Parcours de la reconnaissance, en passant par le « tragique de l’action » et le conflit de devoirs dans Soi-même comme un autre. Mais il ne faut pas oublier que Ricœur essaye toujours de répondre à ces conflits, en tentant de les « penser plus » ou de les penser mieux » et en mettant en avant des médiations pratiques. On en trouve des exemples dans la conceptualisation de la sagesse pratique (Soi-même comme un autre) et dans les « clairières de reconnaissance » (Parcours de la reconnaissance). Plus récemment, d’autres auteurs se sont inspirés de Ricœur pour envisager des interventions pratiques visant à dépasser le conflit – c’est ce dont témoigne, par exemple, l’effort de Richard Kearney pour surmonter l’hostilité et encourager l’hospitalité par le biais de l’échange narratif dans le cadre du Guestbook Project. Des articles s’interrogeant sur les manières ricœuriennes d’aller au-delà des conflits (théoriques et pratiques) sont donc les bienvenus pour ce volume.

 

 

Ces pistes de réflexion ne prétendent pas à l’exhaustivité et c’est pourquoi les articles pourront porter sur d’autres thématiques dans la mesure où elles sont susceptibles d’éclairer la problématique ricœurienne du conflit. 

 

 

Date limite de transmission des textes : 15 mars 2022

Nombre de caractères max. (espaces compris, notes incluses) : 50 000 caractères. Les contributions doivent être rédigées en français ou en anglais

Format : Pour les questions de style, le journal suit le Chicago Manual of Style. Voir sur le site de la Revue, la rubrique « Directives aux auteurs » : http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/about/submissions#onlineSubmissions.

Les articles qui ne respecteront pas ces contraintes éditoriales ne seront pas examinés.

Instructions aux auteurs : Pour soumettre un article, les auteurs doivent s'inscrire sur le site du Journal : http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/user/register. Les auteurs doivent suivre un parcours rapide (en cinq étapes) pour télécharger leur article sur le site. Dès réception, les auteurs reçoivent un e-mail de confirmation. Tous les articles sont soumis à une procédure d'évaluation dite à l'aveugle par des pairs. 


 

Editeur invité : Gonçalo Marcelo (CECH, Université de Coimbra) 

 

Jean-Luc Amalric et Ernst Wolff, co-éditeurs des
Études Ricoeuriennes/Ricoeur Studies 
http://ricoeur.pitt.edu

 



[1] In Ricœur studies conflict is not a topic sufficiently explored. However, we must mention the pioneering works of Maria Luísa Portocarrero and Fernanda Henriques on this theme.

[2] Dans les études ricœuriennes le conflit n’est pas une thématique suffisament approfondie. Il faut cependant mentionner les travaux pionniers de Maria Luísa Portocarrero et Fernanda Henriques dans ce domaine.