CALL FOR PAPERS / APPEL A PROPOSITIONS: Études Ricœuriennes / Ricœur Studies (ERRS) ERRS Volume 12, N°2 (2021):

CALL FOR PAPERS / APPEL A PROPOSITIONS:

Études Ricœuriennes / Ricœur Studies (ERRS)

 

 

ERRS Volume 12, N°2 (2021): 

 “Paul Ricœur and the Problem of Space”

 



Space is a polysemic concepts whose meanings are addressed in different disciplines, such as physics, astronomy, physical and human geography, cultural anthropology, architecture, urbanism, and planning. Contemporary philosophers and social scientists have only recently realized the complexity of this concept. Some critics in both philosophy and the human sciences have spoken of a “spatial turn” as “a response to a longstanding ontological and epistemological bias that privileges time over space in all the human sciences, including spatial disciplines like geography and architecture.”[1]

Since Ricœur almost never broached the topic of space in a thematic way, he could be (and in fact has been) considered as a perfect example of the temporal bias that has characterized both philosophical thought and the human sciences. More specifically, Ricœur directly works on the problem of space in three texts: in the section on the alterity of the flesh and its originary and non-objective spatiality in the tenth study of Oneself as Another (1990), in his article “Architecture and Narrativity”[2] (1998), and in the chapter “Inhabited Space” in Memory, History, Forgetting (2004). Nonetheless, even though in these three texts Ricœur’s approach to the notion of space remains largely programmatic, it is our conviction that the concept of space is profoundly intertwined with the recurring topics of his thought, such as the body, language, action, time, and the imagination. Moreover, when considered from this perspective, the changes of method implied by Ricœur’s evolution from an eidetic phenomenology to his hermeneutic phenomenology successively dealing with the questions of symbol, text, and action undoubtedly entail relevant consequences for a Ricœurian conception of space. 

This issue aims to emphasize the multiple dimensions of the question of space in Ricœur’s thought and also its resonance with the social sciences and the humanities at large. In this way, we hope to fill a gap in Ricœurian studies where the issue of space has begun to be discussed only quite recently.[3] Therefore, we invite authors to put Ricœur’s philosophy in dialogue with other thinkers who have recognized space as one of the oldest and most persistent issue in Western thought, such as Whitehead, Husserl, Heidegger, Merleau-Ponty, Bachelard, Foucault, and Deleuze, but also Geertz, De Certeau, Lefebvre, Haraway, Casey, Berque, and Ingold.

 

Some potential themes for articles include, but are not limited to, the following:

What is the nature of the relationship between the lived body and space in light of Ricœur’s phenomenology of the will? What conception of space is implied by Ricœur’s conception of action as “inter-action” and initiative? How might we conceive of the relation between the spatial dimension of human action and the temporality of history? 

Is it legitimate, as Ricœur suggests in his three texts dedicated to the topic of space, to establish an analogy between the way we think about time and the way we think about space? Should the connection between the lived experience of space and the objective knowledge of geometrical space be thought according to the same model of the relation existing between phenomenological time and cosmological time? Is it subject to the same aporia? What can be, then, the poetical reply of imagination against this paradox?

What conception of inhabiting and place arises from the hermeneutical approach to the question of space? What are the perspectives opened by the ontology of flesh sketched by Ricœur in the tenth study of Oneself as Another? How can the hermeneutic circularity between prefiguration, configuration, and reconfiguration be applied to the interpretation of natural space and inhabited space? How can hermeneutics contribute to rethinking the guiding principles of the project of architecture and the design of urban space?

What about the spatial metaphor within the Ricœurian theory of semantic innovation applied to the study of metaphor and narrative? To what extent can the work of resemblance of metaphor be conceived as a changing of distance, as a movement from far away to close produced within a logical space? What analogy can be established between the configurating operation of narrative as emplotment and the architectural work of construction and configuration of space?

Is it possible to rethink Ricœur’s conception of the social imaginary and the dialectic between ideology and utopia from the perspective of their spatial implications? What would be, then, the specific relationships between ideology and utopia within a space at once subjective and objective? How might we reconsider the notions of cultural space, social space, and public space with reference to these reflections?

We encourage critical and interdisciplinary approaches bridging the fields of philosophy, literature, anthropology, history, geography, and allied human and social sciences. 

 

 

Closing date for the submission of texts: September 15, 2021.

 

Maximum number of characters (including spaces and notes): 50,000. Articles can be written either in English or in French.

Format and style: The journal follows the Chicago Manual of Style. See the ‘Author Guidelines’ rubric on the journal’s website: 

http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/about/submissions#onlineSubmissions

The editors cannot consider articles that do not follow these guidelines.

Instructions to authors: In order to submit an article, authors need to register on the journal website: http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/user/register. There is a quick, five-step procedure to upload articles to the website. As soon as articles are uploaded, authors will receive a confirmation email. All articles will be peer-reviewed by two referees in a ‘double blind’ process.

Guest editors: Maria Cristina Clorinda Vendra and Paolo Furia

Jean-Luc Amalric and Ernst Wolff co-editorial directors, Études Ricœuriennes/Ricœur Studies Journal  http://Ricoeur.pitt.edu  

 

 

 

 

APPEL A PROPOSITIONS / CALL FOR PAPERS :

Études Ricœuriennes / Ricœur Studies (ERRS)

 

 

ERRS Volume 12, N°2 (2021) : 

« Ricœur et la question de l’espace »

 

 

Le concept d’espace embrasse une pluralité de significations qui sont abordées dans des disciplines différentes, comme la physique, l’astronomie, la géographie physique et humaine, l’anthropologie culturelle, l’architecture, l’urbanisme et la planification. C’est assez récemment que de nombreux chercheurs en philosophie et en sciences sociales se sont intéressés à la complexité de cette notion d’espace au point qu’on en est même venu à parler d’un « spatial turn » (« tournant spatial ») dans ces disciplines – « spatial turn » censé constituer une « réplique au préjudice ontologique et épistémologique selon lequel le temps est primordial par rapport à l’espace »[4].

Vu que Ricœur n’a presque jamais abordé le concept d’espace de manière thématique, il peut en un sens être considéré (et il a été de fait considéré) comme un parfait exemple de ce préjugé temporel qui a jusqu’ici été dominant dans la philosophie et les sciences humaines. Pour être précis, trois textes de Ricœur traitent directement de cette question de l’espace : il s’agit du paragraphe consacré à l’altérité de la chair et à sa spatialité originaire et non-objective dans la Dixième étude de Soi-même comme un autre (1990), de l’article « Architecture et narrativité » publié en 1998[5] et du chapitre intitulé « L’espace habité » dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli (2000). Si on peut à bon droit estimer que l’approche de la notion d’espace esquissée dans ces trois textes reste largement programmatique, notre conviction est cependant que l’espace est un concept profondément entrelacé à certains thèmes essentiels de la pensée ricœurienne, comme ceux du corps, du langage, de l’action, du temps et de l’imagination. Dans cette perspective, il ne fait pas de doute que les changements de méthode impliqués par l’évolution de la pensée de Ricœur – à savoir le passage d’une eidétique phénoménologique à une phénoménologie herméneutique abordant successivement les questions du symbole, du texte et de l’action – ont également eu une incidence sur la conception ricœurienne de l’espace. 

Le présent numéro vise à mettre en évidence les multiples dimensions de la question de l’espace dans la pensée de Ricœur, mais aussi sa résonance dans les sciences sociales et humaines en général. Son souhait serait de combler une lacune dans les études ricœuriennes, qui n’ont commencé que récemment à s’intéresser à la question de l’espace[6]. C’est pourquoi nous invitons les contributeurs à engager un dialogue entre la philosophie ricœurienne et d’autres penseurs qui ont reconnu dans l’espace l’un des concepts les plus originaires et les plus persistants de la pensée occidentale : qu’il s’agisse de Whitehead, Husserl, Heidegger, Merleau-Ponty, Bachelard, Foucault, Deleuze, mais aussi de Geertz, Clifford, De Certeau, Lefebvre, Haraway, Casey, Berque ou encore Ingold. 

Nous suggérons ici quelques pistes de réflexion (non exclusives) à l’attention des contributeurs :

Quelle est la nature de la relation entre corps vivant et espace que nous permet de penser la phénoménologie du vouloir de Ricœur ? Quelle conception de l’espace implique la conception ricœurienne de l’action comme « inter-action » et comme initiative ? Comment concevoir la relation entre la dimension spatiale de l’action humaine et la temporalité de l’histoire ?

Est-il légitime, comme le suggère Ricœur dans ses trois textes consacrés à l’espace, d’établir une analogie entre notre pensée du temps et notre pensée de l’espace ? La relation entre l’expérience vécue de l’espace et la connaissance objective de l’espace géométrique doit-elle être pensée sur le même modèle que la relation existante entre temps phénoménologique et temps cosmologique ? Se heurte-elle à la même aporie ? Quel pourrait être alors la réplique poétique de l’imagination face à cette aporie ? 

Quelle conception de l’habitation humaine et du lieu découle de cette approche herméneutique de la question de l’espace ? Quelles sont les perspectives ouvertes par l’ontologie de la chair esquissée par Ricœur dans la Dixième étude de Soi-même comme un autre ? Comment la circularité herméneutique de la préfiguration, de la configuration et de la refiguration peut-elle être appliquée à l’interprétation de l’espace naturel et de l’espace habité ? Comment pourrait-elle contribuer à repenser les lignes directrices du projet architectural et du design de l’espace urbain ? 

Qu’en est-il de la métaphore spatiale à l’œuvre dans la théorie ricœurienne de l’innovation sémantique appliquée à la métaphore et au récit ? Dans quelle mesure le travail de la ressemblance dans une métaphore vive peut-il être conçu comme un changement de distance, un passage du lointain au proche se produisant à l’intérieur d’un espace logique ? Quelle analogie peut-on établir entre le travail de mise en intrigue propre au récit et le travail architectural de construction et de configuration de l’espace ? 

Est-il possible de repenser la conception ricœurienne de l’imaginaire social et de la dialectique de l’idéologie et de l’utopie du point de vue de ses implications spatiales ? Quels seraient alors les rapports respectifs de l’idéologie et de l’utopie à l’espace tant subjectif qu’objectif ? Comment repenser les notions d’espace culturel, d’espace social et d’espace public à la lumière de ces thèses ?

Nous encourageons les approches critiques et interdisciplinaires qui établissent des liens entre les domaines de la philosophie, de la littérature, de l’anthropologie, de l’histoire, de la géographie ainsi que des sciences humaines et sociales en général. 

 

Date limite de transmission des textes : 15 septembre 2021

Nombre de caractères max. (espaces compris, notes incluses) : 50 000 caractères. Les contributions doivent être rédigées en français ou en anglais

Format : Pour les questions de style, le journal suit le Chicago Manual of Style. Voir sur le site de la Revue, la rubrique « Directives aux auteurs » : http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/about/submissions#onlineSubmissions.

Les articles qui ne respecteront pas ces contraintes éditoriales ne seront pas examinés.

Instructions aux auteurs : Pour soumettre un article, les auteurs doivent s'inscrire sur le site du Journal : http://ricoeur.pitt.edu/ojs/index.php/ricoeur/user/register. Les auteurs doivent suivre un parcours rapide (en cinq étapes) pour télécharger leur article sur le site. Dès réception, les auteurs reçoivent un e-mail de confirmation. Tous les articles sont soumis à une procédure d'évaluation dite à l'aveugle par des pairs. 


Editeurs invités : Maria Cristina Clorinda Vendra et Paolo Furia

Jean-Luc Amalric et Ernst Wolff, co-editeurs des 
Etudes Ricoeuriennes/Ricoeur Studies Journal
http://ricoeur.pitt.edu<http://ricoeur.pitt.edu/> 


 

 

 



[1] E. Soja 2008: “Taking Space Personally,” in S. Arias and B. Warf (eds.), The Spatial Turn: Interdisciplinary Perspectives (London: Taylor and Francis, 2008), p. 11.

[2] P. Ricœur 2016: “Architecture and Narrativity”, Études Ricœuriennes / Ricœur Studies, Vol 7, No 2, pp. 31-42.

[3] Among the contributions on the issue, it is worth taking into account at least M. A. Vallée  2007: “L’esquisse d’une herméneutique de l’espace chez Paul Ricœur”, Arguments. Revue de philosophie de l’Université de Montréal, Vol. 2, No. 1.

[4] Soja, E. 2008: “Taking Space Personally,” in Arias, S. and Warf, B. (eds.), The Spatial Turn: Interdisciplinary Perspectives (London: Taylor and Francis, 2008), p. 11.

[5] Ricœur, P. 2016: “Architecture et narrativité”, Études Ricœuriennes / Ricœur Studies, Vol 7, No 2, pp. 31-42.

[6] Parmi les contributions sur le sujet, on peut citer au moins Vallée, M. A. 2007 : “L’esquisse d’une herméneutique de l’espace chez Paul Ricœur”, Arguments. Revue de philosophie de l’Université de Montréal, Vol. 2, No. 1.